Covid19 - prévenir ou réduire les Risques Psychosociaux

image-ateliers-cadre

Risques psychosociaux, lesquels et comment peuvent-ils se manifester ?

Un confinement supérieur à 10 jours peut avoir des répercussions sur la santé psychologique : frustration, ennui, anxiété, irritabilité, stress, dépression, colère, peur, troubles de l’alimentation, conduite addictive, la peur de perdre son emploi face à l’ampleur de la crise économique actuelle, la perte d’un proche atteint de la maladie, symptômes de stress post-traumatique…

Les impacts psychologiques peuvent varier en fonction des modalités de confinement et les mesures protectrices mises en place. Les effets peuvent aussi perdurer après le confinement (stress de la situation économique, évolution de la valeur travail, comportements à risques accrus…).

Une organisation de travail dégradée peut aussi être un facteur aggravant. En effet, une communication inadaptée, un manque de contact, des repères bouleversés, l’imprécision des objectifs et des échéances, etc…sont susceptibles de générer ou d’accentuer les risques psychosociaux.

Faire de l’activité du travail, un effet bienfaisant !

Dans cette période exceptionnelle, l’organisation du travail peut devenir un réducteur de stress majeur. Le collectif et le soutien aux personnes participent également à la diminution du stress. Pour cela, il est important de garder le lien. Cette dimension sociale est un des vecteurs de sens et de reconnaissance pour l’individu. En effet, le lien avec l’entreprise fonde le sentiment d’appartenance et donc cette dimension protectrice de l’organisation.

Télétravail

 Management

En temps normal, le télétravail doit être préparé et managé de manière spécifique. Dans cette situation d’improvisation, il est donc important de veiller au management de celui-ci et de s’adapter en permanence. Pour cela, il est important de garder un lien direct et très régulier avec chaque salarié, même si le mail restera un élément central.

Les objectifs doivent être adaptés et surement réduits (mode dégradé) en raison de la situation exceptionnelle.

Il conviendra également, plus que d’ordinaire, d’être à l’écoute des difficultés d’organisations individuelles de chaque salarié.

 Salarié

Cette situation de confinement peut amener le salarié à une multiplicité des rôles (travail, éducation des enfants, travaux ménagers…) sur une même unité de temps et de lieu (domicile). Ceci peut avoir des conséquences différentes selon les salariés et risque d’engendrer :
- Des difficultés de concentration et une baisse de la qualité du travail
- Un surinvestissement au travail afin « d’éviter » le climat anxiogène
- Un conflit de valeur avec la difficulté à accepter le mode dégradé

Pour cela, il est donc important d’accompagner les salariés dans l’acceptation du mode dégradé, de leur rappeler la nécessité de prendre des temps de pause et de créer des moments d’échange avec l’entreprise.

Chômage partiel ou arrêt maladie

 Les personnes qui ne sont pas éligibles au télétravail

Ces salariés peuvent avoir des inquiétudes sur leur devenir sur le plan professionnel et l’impact à moyen, voire à long terme, sur le maintien de leur activité. Aussi, une personne mise en chômage partiel ou en arrêt maladie peut se sentir comme étant un salarié dont on peut se passer et donc, le vivre très mal.

Par ailleurs, ce genre de situation peut créer de la culpabilité chez certaines personnes qui se retrouvent désœuvrées alors qu’elles auraient voulu continuer à travailler ; Le ressenti d’inutilité et d’impuissance peut être très pénible et difficile à dépasser pour certains. Cela peut être vécu comme une forme de non-reconnaissance.

C’est là où toutes les informations qui peuvent être données au fur et à mesure au sein d’une entreprise sont importantes pour ménager l’impact de cette crise.

Comment communiquer ?

Il est essentiel que la direction rassure les salariés durant cette phase de quasi-désœuvrement. Pour cela, elle doit être à l’écoute des questionnements des salariés et doit communiquer régulièrement sur l’évolution de la situation et de l’activité de l’entreprise.

 Organiser une cellule d’écoute RH ou un portail RH :

Dans la mesure du possible, la mise en place d’une cellule d’écoute RH est vivement conseillée. Quelle que soit la qualité de la communication bon nombre d’interrogations vont naître chez les salariés. Il est important d’être à la fois à l’écoute et en capacité d’y répondre au mieux. De plus cela renforcera l’efficacité de la communication.

 Optimiser la communication des managers :

Les managers doivent veiller à organiser progressivement le contenu du travail et à maintenir une communication de proximité. Ils veilleront à la définition d’objectifs clairs aux collaborateurs, à la régularité des points de situation, à la remontée des interrogations et inquiétudes exprimées, à la formulation de marques de reconnaissance.

 Mettre en place un dialogue social renforcé :

L’ensemble des mesures de protection sont de la responsabilité de l’employeur et il est important de renforcer le dialogue social. Ces réunions auront pour but de faire le point sur la situation sanitaire et les mesures prises, le suivi de l’évolution de la situation, l’ensemble des dispositions organisationnelles en cours et leur efficacité, l’anticipation des phases suivantes, le recueil de propositions….

 Communiquer dès que possible sur la sortie de crise :

Il sera nécessaire de communiquer sur les modalités de la sortie de crise. Une phase de transition (organisationnelle et RH) devra précéder le retour à la normale. Cette phase devra permettre de répondre à l’ensemble des questionnements inévitables qui émaneront des salariés.

 

 

Quels relais ?

Votre service de santé au travail

L’AMETRA a mis en place une permanence médicale et psychologique que vous pouvez contacter à l’adresse mail suivante : covid19@ametra.asso.fr

Des plateformes de soutien psychologique

- Dispositif national de soutien médico-psychologique mis en service par l’Etat - 0800 130 000
- Association SPS (Soins aux Professionnels en Santé) - https://www.asso-sps.fr/prise-en-charge/plateforme-telephonique / 08 05 23 23 36 (numéro vert)
- Soutien psychologique bénévole à destination des soignants - https://psychologues-solidaires.fr/demande-de-soutien

Direction et RH de votre entreprise

Elus CSE et le CSSCT de votre entreprise